Diallo Kadiatou

Diallo Kadiatou

Musique : Didier Awadi présente "Made in Africa"

Ce 16 août à Cona-cris, l’artiste sénégalais Didier Awadi a présenté son dernier album "Made in Africa" aux mélomanes guinéens lors d’une conférence presse.

Cona-Cris Express ressuscite : Les usagers se frottent les mains

Suite à la marche organisée par les forces sociales de Guinée le mardi 10 juillet, sur l’autoroute Fidèle Castro pour le retour du prix du carburant à 8 000 GNF, le goubernement par la voix du ministre de l’information et de la communication, Amara Somparé, avait annoncé la mise en circulation d’une quarantaine de bus et la relance du train Cona-Cris Express. Chose promise chose réalisée.

Immobilisé depuis cinq mois, le train Cona-Cris Express a repris service le jeudi 12 juillet. Depuis son arrêt, ils étaient très nombreux les commerçants, les fonctionnaires, les étudiants et les élèves à traverser un véritable calcaire pour se déplacer de Kagbélen à Kaloum. Aux dernières nouvelles, cet arrêt faisait suite aux manifestations de rue qui secouaient le bled pendant les élections communales.

Le Directeur Général de la Société Nationale des Chemins de fer de Guinée (SGCFG), Badra Yoras, joint au téléphone, donne les raisons de l’arrêt. « On avait décidé d’arrêter le train après les campagnes électorales pour préserver notre sécurité. A plusieurs reprises on a subi des attaques par les jeunes de la Carrière, de Cosa, de Simbayah et de la Cimenterie. Il suffisait qu’il y ait des mouvements sociaux pour que les loubards s’en prennent directement au train. Malheureusement, après les élections les hostilités avaient continué, donc on avait a décidé d’arrêter toute activité jusqu’à ce que le calme reprenne », explique le DG des Chemins de fer. Il a ajouté qu’outre la sécurité, ils ont subi une énorme perte économique durant deux mois de travail pendant la période électorale et post-électorale. «Ces jeunes brûlaient des pneus et si le train rencontrait un tel obstacle il s’arrêtait et consommait du carburant avec le risque d’être lapidé avec les passagers et le personnel. Les vitres étaient parfois caillaissées. Les pertes s’élevaient à 17 millions par jour » renchérit-il.

Pour Bademba Barry, chef de la division exploitation de la Société Nationale des Chemins de Fer de Guinée, de nouvelles mesures sont en vue pour empêcher désormais de telles situations. « Il y a l’Agence Nationale d’Assainissement qui s’occupe du nettoyage de la voie ferrée ». Il estime tout de même que chacun à un rôle à jouer dans cette partie. « Nous demandons une implication des élus locaux, de la presse, etc… la presse peut aider tout en faisant une large sensibilisation des citoyens en les invitant de ne pas déverser les ordures ménagères sur la voie ferrée », souhaite-t-il. Alseny Diakité, passager, se dit content de la reprise du train parce que selon lui, circuler à Conakry est devenu chose qui n’est pas du tout facile. Il demande tout de même à l’Etat de fournir plus d’effort afin que le prix du car-brulant diminue. Pour terminer, il a porté à la connaissance des clients que malgré l’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe le transport reste-le même.

S'abonner à ce flux RSS

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Septembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30