Fin de la crève des gens-saignants : Timide reprise des cours !

Les cours étaient censés reprendre ce jeudi, selon les syndicaleux qui avaient appelé  à la grève. Mais les élèves se sont accordés des bonus, du moins au lycée, collège et primaire de Kipé. Là, les cours n’ont pas repris. Dans les trois établissements, les présents se comptaient les doigts de la main et les responsables leur ont demandé de rentrer pour revenir lundi. Au lycée, quelques bleus s’attèlent à rattraper le temps perdu. Mamadou Lamine Bah, terminale SM, explique que le matin les enseignants sont venus, pas les élèves. La direction a demandé de reprendre les cours lundi si tout va bien. « Avec mes amis, on profite pour réviser, au lieu d’attendre. On fait la terminale, l’examen nous attend. Les élèves ne sont pas venus, c’est une habitude en Guinée. Si les cours n’ont pas repris en début de semaine, c’est dire que pour le reste c’est mort. Faudra attendre la semaine prochaine ».

Au collège Kipé, seuls quelques cadres de la direction papotent dans le hall. Les élèves sont rentrés après la recréation.

A l’école primaire, les 17 enseignants programmés le matin ont répondu. Là encore, les élèves ne sont pas venus, pendant que les gens-saignants brûlent d’envie de reprendre parce qu’ils vont toucher le jackpot. Même si ceux du primaire voudraient encore plus : « Les enseignants du primaire souffrent plus, ils donnent les 8 matières, on devrait nous aider plus. On nous envoie des enfants de 5 ans, 6 ans, c’est difficile de les gérer. Ils font tout en classe, mais on nettoie. Donc, un peu d’attention sur nous ferait plaisir », fulmine Souaré Mamadou Mountaga, dirlo de l’école primaire de Kipé. Du temps perdu, il compte le rattraper, avec la permission de l’Etat en repoussant la fermeture des classes d’un mois, et faire cours jusqu’à 13 heures pour ceux qui viennent le matin et 18 heures pour ceux du soir. Quant aux élèves de 6ème années, pas de roulement, ils devront venir matin et soir.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31