Coronavirus : au Brésil, la justice oblige le président Jair Bolsonaro à porter un masque en public

Coronavirus : au Brésil, la justice oblige le président Jair Bolsonaro à porter un masque en public

Depuis le début de la pandémie, le président d’extrême droite n’a cessé de minimiser le Covid-19, qualifié de « petite grippe ».
Jair Bolsonaro devra porter un masque « dans tous les lieux publics », selon une décision de la justice brésilienne. Dans un arrêt rendu lundi 22 juin au soir, le juge Renato Borelli a décidé qu’une amende de 2 000 réais (environ 340 euros) serait infligée au chef de l’Etat s’il apparaissait à nouveau en public sans le masque exigé par un décret en vigueur dans le district fédéral de Brasilia.

Le président « a l’obligation de respecter les lois en vigueur, ainsi que d’assurer le bien-être de la population et par conséquent d’adopter les mesures sanitaires pour éviter la propagation du nouveau coronavirus », a argumenté le magistrat. Cette décision s’applique également à l’ensemble de ses collaborateurs.

Le port du masque est obligatoire depuis des semaines dans la plupart des régions du Brésil, mais M. Bolsonaro ne le porte que de manière aléatoire.

Conduite « irresponsable »

Cet arrêt a été rendu à la suite d’une requête déposée par un avocat fustigeant la « conduite irresponsable du président » face au coronavirus, qu’il a minimisé et qualifié de « petite grippe ». Depuis le début de la pandémie, Jair Bolsonaro a provoqué de nombreux rassemblements en allant à la rencontre de ses partisans, souvent sans porter de masque.

Le président d’extrême droite n’a cessé de remettre en cause les mesures de confinement prises par les gouverneurs des Etats, au nom de la préservation de l’emploi, alors que le Brésil compte plus de 51 000 personnes mortes à cause du coronavirus.

Le Monde avec AFP

Dernière modification lemardi, 23 juin 2020 18:42
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2020 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31