Deuxième journée portes ouvertes : Ambassadeurs et diplomates à la HAC

Après la première journée (22 mai) dédiée aux membres du goubernement, aux institutions roue-publicaines et aux forces de sécu-raté, la journée du 23 mai a été réservée aux ambassadeurs, aux institutions internationales et aux organisations de la société civile. Une initiative de la Haute Autorité de la Communication (HAC), dans le cadre des journées portes ouvertes censées améliorer la visibilité et la lisibilité de l’instance de régulation des médias dans le bled. Cette deuxième journée a été marquée, entre autres, par la visite de l’ambassadeur du Maroc, de l’Allemagne. Étaient également présentes, la conseillère cheffe adjointe de mission à l’ambassade du Japon « impressionnée » de la visite et de la représentante d’OSIWA, partenaire financier. Tous ont été  accueillis par Tartine Condé, la présidente de l’institution.

« Le travail que fait la HAC est énorme et extraordinaire. Personnellement, je suis impressionné. J’ai découvert des choses, comme quoi il y a plus de télévisions en Guinée que je ne croyais, dont une à Kankan. Il y a aussi assez de radios. C’est impressionnant pour un pays en développement. J’estime que c’est un modèle dans la sous-région. Il y a des pays, comme le Maroc, qui tient à s’inspirer de cette expérience guinéenne sur le système de monitoring audiovisuel par internet (SYSMAPI) », a déclaré l’ambassadeur du Maroc, Driss ISBAYENE. La conseillère, cheffe adjointe de mission à l’ambassade du Japon, Yuko HOTTA, a insisté sur le partenariat entre les pays afin de renforcer les capacités des journaleux.  

Sékouna Keita, commissaire à la HAC : « Il est important pour nous, alors que notre mandat arrive à échéance bientôt, de pouvoir convier les autorités, les journalistes, le grand-public pour leur montrer comment nous sommes organisés, comment nous fonctionnons et quels sont les lois et les textes réglementaires qui nous régissent dans le paysage institutionnel de la Guinée. »

Yaya Doumbouya

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31