Mali-Yembéring : Des potagers ravagés par la fraîcheur

Mali-Yembéring : Des potagers ravagés par la fraîcheur

Après 2009 et 2014, une vague de fraîcheur a encore frappé la commune urbaine de Mali cette année. La nuit du 21 au 22 janvier, la fraicheur a ravagé un potager dit barrage, non loin du centre urbain où se rencontrent les rivières Féto et Diwé. C’est un potager aménagé par un groupement de près de 50 personnes qui porte le même nom (groupement barrage). Idrissa Souaré, prési du groupement a décrit un désastre : « La bananeraie et les pommes de terre sont sérieusement endommagées. Notre jardin fait 5 hectares, mais heureusement pour nous, ce n’est pas la totalité qui a été endommagée ». Sieur Souaré a tout de même rappelé que ce n’est pas la première fois. « Chaque année la fraicheur nous cause des dommages. Mais les autorités n’ont jamais rien fait pour nous aider, juste constater les dégâts et dresser des rapports. Aucune action concrète ».

Baldé Alpha, le directeur préfectoral de l’environnement et eaux et forêt fait partie de ceux qui ont constaté les dégâts. « Le 24 janvier, le préfet nous a mandaté d’aller faire le constat. Sur les lieux, on a constaté une sorte de brûlure sur les jeunes plants de pomme de terre, de haricots, de concombre, de laitue, sur la végétation (feuillages et herbes) aux abords du jardin. On a mesuré, le domaine s’étend sur près 6 hectares. C’est comme si on a versé de l’eau chaude sur les plants ». Pour le dirlo de l’environnement, l’explication est l’excès d’humidité, et l’excès d’arrosage : « Actuellement, il y a trop d’humidité et les jardiniers arrosent matin et soir. Près du jardin il y a aussi un cours d’eau et une marre. Donc il y a de la fraîcheur qui se dégage du sol et de l’atmosphère aussi. Cette attraction de fraîcheur pourrait expliquer ces effets ». Pour limiter les dégâts, sieur Baldé a recommandé aux victimes de ne pas arroser le soir. Le rapport établi a été remis au préfet, Harouna Souaré. En attendant l’aide de l’autorité, les victimes demandent de l’aide aux bonnes volontés.

Oumar Tély Diallo

Dernière modification levendredi, 08 février 2019 19:49
Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Août 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31