Coordination Haali Poular et manif du FNDC : « Aidez-nous à arrêter les tueries ! »

Coordination Haali Poular et manif du FNDC : « Aidez-nous à arrêter les tueries ! »

Face à la répression des manifs organisées par le FNDC le 14 octobre et les jours suivants et le nombre de morts enregistrés, la Coordination des Foulbhés et Haali Poular de Guinée a décidé de sortir de sa réserve. Dans une déclaration publiée ce jeudi 17 octobre, les responsables de cette structure ont demandé « l’arrêt des exactions en cours dans les quartiers de Conakry et à l’intérieur du pays, l’interdiction aux forces de l’ordre de pénétrer dans les concessions ».

La Coordination exhorte aussi les autorités à « libérer les responsables du FNDC et de toutes les personnes arrêtées et emprisonnées à l’occasion des manifestations relatives à la protestation contre la nouvelle Constitution. A prendre en charge les blessés, alités dans les hôpitaux ». Les responsables de Haali Poular exigent l’ouverture « d’une enquête pour retrouver les auteurs des crimes commis et de les traduire en justice ». Au prési Alpha Grimpeur de « renoncer sagement à ce projet de nouvelle Constitution conflictogène et de respecter au nom de la paix et de la paix et de la quiétude sociale, la Constitution de 2010 sur laquelle il a prêté serment par deux fois, et a juré de respecter et de faire respecter ».

Toutes les victimes habitaient la commune de Ratoma, exception des deux de Mamou (un pandore et un jeunot, victime non officielle, ndlr).

Le goubernement s’est longtemps cramponné à son bilan de 2 morts avant d’admettre qu’il y a eu au moins 9 morts. El Hadj Ousmane Baldé, « Sans loi », prési de la Coordination des Foulbhés et Haali Poular, se demande pourquoi toutes les victimes sont toutes peules: « Ceux qui ont été tués à Mamou ont été pourchassés et tués à bout portant. Pourquoi ils sont tous peuls, alors que Mamou est une ville cosmopolite ? A Conakry, ils (les agents des forces de l’ordre) s’en prennent à une famille qui a perdu la veille deux membres, sous l’effet de leurs balles. Ils tirent sur le père de famille, arrêtent les autres et emportent tout. A Wanindara, un homme en treillis était en retrait, il ciblait les gens. Il a tiré sur un adolescent nommé Sadou Bah. Un de ses amis vient le prendre pour le transporter à l’hôpital, il a tiré sur ce dernier, et ils sont tous morts. Pourquoi ces actes ? Il n’y a que des peuls ici ? C’est Ratoma seulement qui a manifesté ? Une manifestation qui a concerné toute l’étendue du territoire, Ratoma seule a 8 morts. Pourquoi ? Les familles des victimes veulent savoir pourquoi on ne tue que les peuls ? Aidez-nous à arrêter les tueries des peuls. Il faut que cela cesse en Guinée ».

Yacine Diallo 

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Novembre 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30