Violences sur l'Axe Hamdallaye-Kagbelen : L'UFDG met en garde contre toute militarisation de la zone

Violences sur l'Axe Hamdallaye-Kagbelen : L'UFDG met en garde contre toute militarisation de la zone

L'UFDG a tenu sa traditionnelle assemblée générale hebdomadaire ce samedi 17 novembre dernier. Malgré l'absence de la Petite Cellule Dalein Diallo, l'ambiance était explosive. Militants et responsables du parti, Halimatou Dalein en tête ont savouré la défaite de leur ancien ami et dépité Aboubacar Soumah dans la conquête de la mairie de Dixinn. Dame Halimatou accompagnait une délégation de l'UDG de Sylla futur-hic après la concrétisation de leur alliance à Dixinn au détriment du RPG arc-en-ciel. Des chants, des danses et des piques adressées à Aboubacar Soumah, le candidat malheureux. C'est Oussou Fof, vice-prési de l'UFDG qui a donné le ton : « Samba Diallo a refusé de répondre aux injures de son adversaire. Il a travaillé pour montrer qu'on peut atteindre un objectif sans être désobligeant. Il a prouvé que ce n'est pas la peine de se mettre au niveau d'une personne qui n'a pas de tête. Et le résultat a été sans appel. Si j'étais à la place de ce candidat puisque j'ai été élu député de Dixinn et on me ramène comme un simple conseiller, j'aurai tout simplement démissionné de mon poste de député ».
Le patron du groupe parle-menteur Libéral-démocrate a également chanté les louanges de Mamadou Sylla à qui bien de gens prédisaient un rapprochement avec le pouvoir : « Ceux qui avaient imaginé que des problèmes pourraient exister entre Cellou Dalein et son frère Mamadou Sylla ont eu la réponse. Ça fait mal que le président de la république en personne vienne supplier un leader politique pour un problème d'élection de maire. Mais ceux qui connaissent Mamadou Sylla savaient que cela ne changerait en rien les résultats. L'alliance entre ces deux hommes sera éternelle ». De son côté, Dembo Sylla, vice-prési de l'UDG a invité les deux partis politiques à travailler à gagner les prochaines batailles électorales : « Notre objectif c'est d'en finir avec la gouvernance Alpha Condé. Le prochain combat c'est par rapport à l'Assemblée nationale. Lorsque nous aurons la majorité, nous allons contrer les derniers soubresauts de Alpha Condé. Si nous sommes engagés, nous qui sommes témoins de ce que vit notre peuple nous allons envoyer notre candidat à Sékhoutoureya au premier tour ».
A cette assemblée, il a également été question de l'éventuelle militarisation de l'Axe. Selon des informations distillées par une organisation de la société civile, le goubernement Cas-sorry aurait décidé l'implantation des postes armés à tous les points chauds de la route Leprince dans les prochains jours. Oussou Gaoual met en garde : « Ils ont tout fait : encourager les assassinats, couvrir les assassins, les garantir l'impunité, susciter des conflits communautaires. A ce gouvernement de monsieur Kassory Fofana, à monsieur Diané de la Défense s'il est avéré que vous avez décidé de militariser l'Axe, vous vous trompez. L'application de cette stratégie ne marchera pas parce qu'elle viole l'article 90 de la Constitution. Envoyer des compagnies d'infanterie occuper la commune de Ratoma serait une provocation, un prétexte pour massacrer d'innocents citoyens. La meilleure manière de démentir cette information est de renoncer à ce qui a été ainsi décidé ». Le coordinateur de la cellule de compilation de l'UFDG a tiré à boulets rouges sur Damaround Camara. Ce dernier se dit favorable à ce qu'on arme les farces de l'ordre lors des opérations de maintien d'ordre : « On fait croire aux gens que l'Axe est un endroit de sauvages qu'il faut occuper. Tous les Guinéens ont vu le visage de la haine, ont entendu la parole de celui qui incite, encourage et protège les criminels. Il s'agit de Amadou Damaro Camara. Sa déclaration est un crime, un encouragement au meurtre. Cette déclaration ne restera pas sans conséquences. Le groupe parlementaire de l'UFDG se retrouvera pour prendre des mesures contre cette forfaiture »

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31