Echiquier politique : Bah Baadiko ausculte l’actualité

Echiquier politique : Bah Baadiko ausculte l’actualité

Le président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) se penche sur l’actualité politique du pays. Des élections communales dont les résultats peinent à être définitivement rendus à la composition de la nouvelle équipe gouvernementale, Baadiko Bah fait son diagnostic.

Lors d’une conférence de stresse, le jeudi 28 juin 2018, à Conakry, devant un parterre de journalistes le leader de l’UFD n’a pas fait de cadeau à son allié Alpha grimpeur. Pour commencer il a indiqué qu’au cours de ce premier semestre de l’année 2018, la Guinée a connu d’importants changements politiques, sinon de véritables bouleversements qui marqueront, à n’en pas douter, un nouveau tournant historique pour le pays. « Des élections communales différées depuis 2010 se sont enfin tenues le 4 février 2018. Les contestations et les violences qui les ont suivies dépassent et de loin, tout ce que nous avions connu dans le passé. Quatre mois après la proclamation officielle des résultats, les élus ne sont toujours pas installés », note l’homme politique dans une déclaration rendue publique à cet effet.

 Poursuivant, il a fait cas de la grève générale des enseignants qui a paralysé le système éducatif, avec ces manifestations massives de femmes en colère contre la misère, les conditions de vie insupportables et l’incurie des pouvoirs publics.

 « C’est dans ce contexte de tensions politiques et sociales extrêmes et de mécontentement généralisé que le président Alpha Condé a fait une déclaration fracassante devant les femmes réunies au Palais du peuple le 8 mars 2018, pour célébrer la fête Internationale des Femmes. Après déclaré avec force deux jours plus tard qu’il ne ferait jamais de remaniement ministériel sous la contrainte, il annonça des changements profonds dans l’équipe gouvernementale pour répondre aux revendications du peuple pour une vie meilleure ».

De la mise en place du goubernement

 Selon Baadiko Bah, l’annonce de la nouvelle équipe goubernementale a eu l’effet d’une douche froide pour tous ceux qui espéraient que le président de la République allait enfin tirer les leçons des échecs de sa politique en mettant en place une équipe crédible, capable de traduire les réformes tant attendues dans les faits, afin de faire prendre au pays un nouveau départ, après tant d’espoirs déçus.

 En 2010, le grimpeur avait dit et à plusieurs reprises qu’il ne travaillerait pas avec des anciens dignitaires du régime du général Lansana Conté. Mais Baadiko Bah constate aujourd’hui que le président de la République a été contraint de leur faire la part belle, avec plusieurs postes-clés. « Plus de la moitié des membres de l’équipe précédente sont reconduits. Mais le plus intéressant dans ces mouvements, c’est le repêchage de la majorité des anciens ministres non reconduits comme ministres-conseillers à la Présidence. C’est devenu presque une loi non écrite : pour leur fermer la bouche, les ministres limogés ont droit à un lot de consolation : ministres sans portefeuille, ministres flottants ou « ministres sans bureau. Toute une petite armée, pendant qu’on clame que l’Etat n’a pas assez de ressources pour faire face à ses obligations minimales vis-à-vis des populations », soutient l’opposant.

 De l’avis du conférencier, « le décret de nomination du gouvernement le 26 mai 2018 a donné lieu à un cafouillage honteux qui a jeté une lumière crue sur la situation dramatique dans laquelle le pays est tombé : aucun ministre de l’Elevage n’est nommé, alors que ce poste figure bien dans l’organigramme du gouvernement ». Pourtant nul n’ignore de ce département, sécurité alimentaire !

« On a appris par la suite que le pressenti avait catégoriquement refusé d’occuper un tel poste qui ne répond sans doute pas à ses ambitions. C’est un ‘‘petit ministère’’ dont le budget ne représente même pas 0.03% du budget national ! Quelques jours après, l’impétrant, selon ses exigences, était nommé en grande pompe au ministère de l’Environnement. Y a bon ce qui reste des forêts guinéennes avec nos amis Chinois et tous les prédateurs de toutes sortes! », s’exclame Baadiko.

Retour en haut

A propos

Le Lynx est un journal hebdomadaire satirique guinéen inspiré par le Canard enchaîné français. L'une de ses marques de fabrique est l'attribution de sobriquets à tous les acteurs politiques guinéens (« Fory Coco » pour Lansana Conté, par exemple, ou « Alpha Grimpeur » pour Alpha Condé). Fondé en 1992 par Souleymane Diallo, il a résisté aux censures, pressions et arrestations, arborant à son fronton deux citations : l'une de Lansana Conté : « Je n'ai pas peur des critiques», l'autre d'Arthur Koestler : « L'histoire se fiche pas mal que vous vous rongiez les ongles ». Le lynx est aujourd’hui la référence numéro 1 en Guinée dans la presse écrite.

Sections

Archives

« Novembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30